Tel Richard Dean Anderson dans la série MacGyver, Nicolas est capable de construire des choses avec des éléments hétéroclites trouvés un peu partout dans la maison. Son matériau préféré reste le scotch; il peut tout faire avec de l’adhésif alors je veille à ce qu’il ne soit pas en rupture de stock.

Cet amour du bricolage est dans les gènes puisque son papa a également des mains en or. Petit déjà, Nicolas aimait construire mais bizarrement il n’a jamais aimé les légos, juste de temps en temps les clipos. Non, ce qu’il aime par dessus tout c’est construire avec tout et n’importe quoi, détourner l’usage initial des objets.

Je vous donne quelques exemples. Une caisse enregistreuse est devenue avec un cordon et un combiné de téléphone un fax pour faire comme papa. Nicolas va fabriquer un clapet à un téléphone tout simple. Il leur colle des logos d’opérateurs téléphoniques qu’il découpe dans les pubs pour faire plus vrai. Avec une chaussette découpée et du ruban, il crée un étui à téléphone.

Mais ce dont je suis le plus fière, ce sont ses reproductions de carroussel. Nicolas a le sens du détail. Voici la recette. Prenez un pied rond de porte-manteau (qu’il garde depuis longtemps, on ne sait jamais, c’est très utile), un cyclindre genre boite à crayon au milieu, un freesbee en guise de toit. Ensuite vous décorez le toit avec un mouchoir rose collé sur le freesbee et une couronne de galette des rois autour. Tout en haut, vous mettez un drapeau  ou un « chichipanpan », que l’on trouve en décoration sur une glace; d’ailleurs nous n’oublions pas de les récupérer dès que l’occasion se présente. Maintenant nous passons au centre du manège. Nicolas y dépose des voitures conduites par de petits personnages que l’on trouve dans les oeufs surprise, tous les copains de Bob l’Éponge ont pu faire du manège. Il colle également des animaux, un bâteau, motos avec du scotch bien sûr. Vous trouverez à droite un bouton pour démarrer le manège. Mon fils a également prévu des lingettes pour bâcher le carroussel et signifier que celui-ci est fermé.

Son carroussel est fièrement installé sur la commode, il ne manque plus que la pancarte « NE PAS TOUCHER! ». Il est de temps en temps renouvelé. Il peut aussi être à étage avec une boite à camembert et une échelle en plastique. Je suis très admirative par sa dextérité et sa minutie à reproduire même si cela est un tantinet obsessionnel.

Ah j’oubliais. Nicolas sort de sa première séance avec la nouvelle psychologue cognitiviste et il lui a réparé son horloge en mousse avec du scotch.