Dans mon optique de réduire au maximum les rituels et stéréotypies, j’ai toujours été consciente que lorsqu’on essaie de faire disparaitre une stéréotypie, une autre prend sa place.

Depuis quelques temps, nous demandons à Matthieu d’éviter de faire du flapping, en particulier lorsque nous sommes en dehors de la maison, ou lorsqu’il semble ne pas pouvoir s’arrêter. Nous avons essayé en particulier de les remplacer par d’autres signes moins gênants, comme des applaudissements ou un signe de victoire avec le poing levé.

Il semble que Matthieu ait reporté son besoin de stéréotypies et de rituels sur l’alignement d’objets, ce que je préfère grandement (entre autre, parce que c’est plus socialement acceptable que le flapping).

Nous parlions l’autre jour avec Jean et Marylin du besoin qu’ont les autistes d’effectuer ces rituels. Ils sont réservés à propos de la réduction des stéréotypies, et semblent préférer une plus grande liberté d’action que moi, qui serais plus partisane d’autoriser les stéréotypies dans un cadre (vous me dites si j’ai mal compris, d’accord?).

Et vous, qu’en pensez-vous? Êtes-vous très partisan de l’arrêt total des stéréotypies, quelles qu’elles soient? Êtes-vous plutôt, comme moi, dans une optique de les réduire en dehors d’un cadre pour une meilleure intégration sociale plus tard (du moins, les plus visibles)? Ou pensez-vous qu’il faut laisser les autistes choisir leurs moyens de prédilection pour gérer leurs émotions, et ne pas interférer?

Je vous rappelle que nous sommes ici pour discuter calmement et exposer nos points de vue afin de pouvoir nous faire la meilleure idée qu’il soit pour le bien de nos enfants. Alors pas de disputes! 😉