Vive, dynamique, enthousiaste, Solène, quatre ans, semble à l’aise partout ou presque. Elle est remuante, même un peu turbulente, mais pas casse-cou. Elle aime explorer les nouveaux lieux. Elle est volubile et s’adresse parfois aux inconnus pour leur poser une question. Elle adore écouter des histoires pour enfants, regarder des dessins animés, jouer avec des figurines d’animaux, manger des pizzas, du chocolat et des crêpes. Quoi de plus normal pour un enfant de cet âge?

Le côté « face » n’apparaît pas immédiatement à celui qui la rencontre pour la première fois. Il suffit pourtant d’un bruit pour qu’elle se sente déstabilisée. L’angoisse est alors proportionnelle à l’intensité du bruit. Les moteurs, les animaux, les autres enfants, sont autant de sources d’inquiétude. Elle commence à les apprivoiser. Nous anticipons ce qui peut l’être, et lui expliquons tout ce qu’elle est en mesure de comprendre. Le langage lui permet de verbaliser ses peurs, et nous l’encourageons dans ce sens.

Solène parle beaucoup et vite, avec de gros défauts de prononciation. Ses phrases sont courtes, et la structure n’est pas toujours correcte. Le sujet est rarement « je ». Par contre, elle possède du vocabulaire et l’utilise à bon escient. Elle s’exprime avec une voix un peu chantante et une pointe d’accent local! Dans les moments libres, elle jargonne énormément, chantonne aussi. Elle fait un peu d’écholalie, parfois en différé. Je dois souvent lui demander de se taire, par exemple au moment des repas, et souvent lui rappeler d’être un peu plus calme.

Elle est toujours en mouvement, figurines en main ou à l’arrière de son tricycle. Elle aime les materner, les déplacer dans la maison en se racontant une histoire, les jeter dans les arbres, par dessus la clôture du jardin, etc. La piscine gonflable remporte aussi un grand succès: elle s’y jette, nage, saute, éclabousse.

C’est un effort considérable de rester assise. Un coloriage, sans encadrement, lui prend à peine dix secondes. Elle préfère manipuler les crayons.

Elle cherche la relation et les activités avec l’adulte. Elle semble aimer la présence des enfants de son âge mais n’interagit pas avec eux. C’est d’ailleurs dans le milieu scolaire qu’elle manifeste le plus de comportements inadaptés. Elle préfère se promener, jouer avec les dinosaures, s’isoler dans le coin lecture ou carrément aller se coucher et se balancer pour se protéger de l’agitation, du bruit et de la récréation. Elle participe plus volontiers aux activités qui l’intéressent: peinture, histoires et soins aux petits animaux. Il faut souvent lui répéter une consigne pour qu’elle soit respectée et systématiquement lui demander son attention (le regard).

Dans la vie quotidienne, Solène progresse vers l’autonomie, à son rythme, auquel nous sommes maintenant habitués. Elle ne mange pas volontiers seule. La manipulation des couverts n’est pas évidente, et lui demande de la concentration. Elle sait se déshabiller, enfiler des chaussettes, mettre ses chaussures. Elle est propre en journée. Le sommeil est toujours un point délicat, mais les insomnies sont beaucoup plus rares qu’avant.