J’ai tout de suite remarqué qu’avec Maëlys, il y avait quelque chose de flagrant, c’est que tout ce qui se faisait naturellement chez les autres enfants, il fallait les lui apprendre… Du coup, très vite, dès que j’ai compris de quoi « souffrait » Maëlys, j’ai mis de petites choses en place pour l’aider à la maison. Chaque jour était une journée de bébé normale, avec des stimulations plus importantes sous forme de jeux.

Maëlys ne venait jamais avec un livre pour qu’on lui lise. Quand on se mettait avec elle, au bout de 10 secondes, elle décrochait et repartait, solitaire. Et quand je lui lisait le livre, elle ne pointait rien du doigt, rien ne l’intéressait. Mais, seule, elle pouvait « lire » des minutes entières!

Aussi, j’ai commencé tout les jours, même si cela ne durait que quelques secondes, à m’asseoir avec elle et un livre; elle avait 18 mois. Et tous les jours je prenais sa main, tendais l’index, pointais une image, et disais le nom de cette image.

Au début elle restait dix secondes, puis trente, puis une minute, puis le livre entier! Déjà une partie de gagnée…

Puis un jour, à 19 mois et demi, on lisait et elle a pointé du doigt seule une image! Puis une autre! À chaque pointage, je lui nommais le dessin. Et puis vers 20 mois, LA victoire! Elle est venue me voir un jour, d’elle-même avec un livre. J’en aurais pleuré…

C’est l’exemple typique du travail de tous les jours avec Maëlys.

De même, elle n’a jamais supporté d’avoir de la nourriture ou de la saleté sur les mains. Mais elle a vite adoré dessiner. Alors j’ai allié les deux, et acheté de la peinture au doigt. Inutile de vous dire qu’au début elle n’y a jamais touché, c’est maman qui dessinait. Mais l’envie de dessiner était trop forte, et au bout de deux ou trois séances elle a mis le doigt… Puis la main! Et maintenant les séances de dessin se passent dehors car elle en a de la tête aux pieds, elle adore… Et cela a permis autre chose: maintenant elle prend du pain ou des gâteaux secs dans la main, grâce à cette avancée!

Maëlys a également énormément de mal à se « représenter » et comprendre son corps. Du coup, tous les jours, au moment du bain, on énumère les parties du corps et du visage. Elle a aussi un livre qu’elle adore, et qu’on lit souvent. Certaines choses semblent acquises comme le ventre, le dos, les cheveux, mais pour le reste elle s’embrouille encore fortement. Mais aucune importance, ça viendra!

Maëlys n’a jamais imité dès son plus jeune âge. Depuis ses 12 mois, on fait bravo, on fait les marionnettes… On ne s’est jamais découragés même si on n’a jamais eu de retour. Et lesrésultats commencent à arriver! À deux ans et deux mois, elle commence à faire bravo, même si ce n’est pas toujours dans le contexte, et elle commence à imiter la chanson des marionnettes. C’est un magnifique progrès pour nous!

Bien sûr il reste pas mal de points « noirs », sur lesquels on « travaille » tout les jours, mais je n’oublie pas que je ne suis qu’une maman et que malheureusement, bien souvent, je me retrouve impuissante. Je ne sais pas quoi faire pour l’aider à apprendre à « demander », pointer du doigt, communiquer avec nous, quoi. Je suis sûre qu’il existe de petites techniques ou astuces. Mais bien souvent je les découvre seule.

Le CAMSP dit qu’il faut laisser le temps au temps, je ne suis pas entièrement d’accord…