J’avoue que parfois je me demande si tout va bien avec mon fiston. Pour être honnête, son comportement me fait parfois froid dans le dos. Non, vraiment! Je vais vous expliquer pourquoi.

Quand il est né, Samuel s’est tout de suite fait remarquer par ses… grognements. Un vrai petit loup, tout juste s’il ne montrait pas les dents (bon c’est vrai qu’il n’en avait pas !!). Même les puéricultrices l’on remarqué, et le pédiatre l’a examiné pour comprendre d’où venaient ces sons si étranges. Mais il était en très bonne santé, et nous avons décidé qu’il « imitait » les ronronnement du chat (charmant minou qui adorait dormir et ronronner sur mon ventre pendant la grossesse).

Seulement les grognements persistent, oui, je vous le jure mon Père! Et ils sont de plus en plus bizarres. Je me demande si, en les enregistrant et en les passant à l’envers…

Et puis son attitude, c’est qu’il ne parle pas, Mon Père, pas de charmants gazouillis, pas de premier mots zozotés, non, rien. Par contre, des cris, des hurlements à m’en plus finir. Et il trouve ça très drôle!

Et puis il ne me regarde pas vraiment, je vous jure qu’il semble très bizarre, presque sournois! Depuis quelques semaines, il se réveille la nuit, et il rit, il rit, ça m’effraie ça, j’vous jure, c’est terrible, j’ai très peur mon Père!

Sans compter les bêtises! Un vrai démon, tout y passe, je ne peux avoir aucun moment de paix. Cet enfant est si étrange, mon Père, je me demande s’il n’est pas possédé. Pourtant, je suis une bonne chrétienne, je l’ai fait baptisé, et tout et tout! Mais le démon est en lui, c’est sûr! Vous ne voudriez pas essayer un exorcisme, Mon Père, s’il vous plait?

Certains d’entre vous sourient, hein? D’autres sont horrifiés? D’autres se demandent où je veux en venir? Je me suis demandé ce qui était arrivé aux enfants autistes nés il y a plusieurs siècles. Ceux qui survivaient évidemment.

Est-ce que  les parents ayant un enfant aussi étrange ne se posaient pas de questions? Et dans ce cas, qui pouvait leur donner des réponses? Les médecins étaient peu nombreux, et l’autisme s’apparentait plus à une maladie de l’âme qu’à une maladie physique. Les parents devaient se tourner vers la religion pour trouver une aide faute de mieux.

En Russie les autistes étaient considérés comme des prophètes fous. Ils vivaient dans la rue, mais tout le monde leur témoignait du respect et les nourrissaient.

En France, ils étaient soumis à l’exorcisme, ou avaient un accident malheureux. Dans le meilleur des cas c’étaient « les idiots du village », ou bien ils étaient pris en charge par un monastère.

Et finalement, les choses n’ont pas tellement changé.

Les médecins français croient toujours que l’autisme est généralement une maladie de l’esprit. Ils envoient les parents vers une autre religion, la psychanalyse. Et les exorcismes existent sous d’autres formes: packing, crocodiles, petits cachets… Les accidents malheureux arrivent quand un parent désespéré met fin à ses jours. À la place des monastères, on a les hôpitaux de jour. Et dans le village, on les considère toujours comme des idiots…

Alors, vous trouvez toujours ça drôle?