Ne sautez pas immédiatement de joie: non, nous n’avons pas perdu 10 kilos. Mais nous sommes certainement devenues transparentes. Je me suis fait cette réflexion l’autre jour en lisant un ou deux  billets sur le blog de Oum, que j’aime beaucoup, beaucoup, beaucoup, et plus encore.

Ces billets s’intéressaient au classement des mamans blogueuses Elle/Wikio, et au dernier numéro de Paroles de Maman qui invitait la blogosphère maternisante à donner son avis éclairé sur différents produits de puériculture.

Tous les « pédigrés » de mamans y passent: les littéraires, les fashion, celles qui font de leur marmaille un véritable fond de commerce d’articles sponsorisés, les cuisinières, celles qui ont encore du temps pour le sexe, les créatives, les chroniqueuses, les routardes, et celles qui ont un avis sur tout chez Elle/Wikio, et les mamans câlines, zen, etc. chez Paroles de Maman.

Entre nous, dans les deux classements, on retrouve les même têtes, ce qui en dit long sur le temps passé par ceux qui les établissent à circuler un peu sur la toile, réfléchir au sens de leurs classements, etc.

Toutes ont évidemment des enfants parfaits. Pas un de raté, même un tout petit peu… Toutes ont des enfants neurotypiques, 100% zéro défaut physique. Pas une seule mère d’enfant handicapé physique ou mental, pas une seule mère d’enfant malade. Les mères d’enfants différents ont disparu. Effacées. Transparentes.

Serait-ce parce qu’elle n’aiment pas le sexe/mode/cuisine—ou les trois? Serait-ce parce que leur avis sur les objets de puériculture « on s’en tape », même si ce sont certainement celles qui utiliseront le plus longtemps poussettes, tétines, et biberons?

Serait-ce simplement parce qu’on dérange dans cet univers en pastel et sucre d’orge? Serait-ce parce qu’on fait peur avec notre énergie du désespoir, nos histoires déprimantes, notre façon d’être toujours un peu au bord des larmes, et d’être la preuve vivante de la Peur fondamentale de toute mère: offrir une vie abîmée à un enfant tout neuf? Je n’ai pas la réponse à ça mais j’ai ma petite idée.

Lorsque j’ai contacté toutes les blogueuses influentes de la blogosphère pour les inviter à parler de notre site, toutes ont répondu bien poliment que « oh oui, bien sûr, c’était super, elles allaient, évidemment, dès la rentrée… ». Seulement 3 ont répondu à l’appel: Oum, Véro de Bordeaux (dont l’une des grandes filles a des traits autistiques), et Frédérique Corre Montagu (dont le combat personnel contre le cancer a certainement sensibilisée aux douleurs intimes).

Moi je vous le dis, les filles: nos enfants, futurs adolescents et adultes, ne seront acceptés dans la société que lorsque leurs familles ne seront pas regardées de travers—pas seulement dans la rue, mais partout, et aussi sur la toile, dans un milieu de mamans cultivées et éduquées qui devraient, à priori, être un peu plus ouvertes que la moyenne. Le combat sera gagné quand nous ne seront plus transparentes.