La scolarisation des enfants autistes est cruciale pour leur évolution. Nul doute que la fréquentation quotidienne de petits camarades apprend bien davantage que n’importe quel jeu, livre ou scénario social, à propos de comment interagir et avoir des comportements adaptés avec ses pairs.

Ceci dit, les cours de récré sont la jungle enfantine que l’on connait, et malgré la vigilance bienveillante des adultes, c’est aussi le territoire des enfants, où ils peuvent se défouler en toute liberté.

Stanislas oscille entre deux comportements lorsqu’il est livré à lui même en récréation:

  • soit il s’isole en s’autostimulant avec un bâton qui traîne,
  • soit il tente maladroitement d’entrer en relation avec d’autres enfants.

Stan a vu que les enfants se courraient après. Il court donc après eux. Stan ne sait pas interpeller ses camarades par leur prénom, donc il crache pour qu’ils le remarquent. Son attitude amène les petits de sa classe à l’éviter comme la peste, ou les enfants des classes supérieures à l’utiliser comme tête de turc afin qu’il crache de plus en plus, ce qui les amuse énormément.

Pour résoudre ce souci, nous allons lancer dès la semaine prochaine des petites sessions à la maison, où nous allons inviter pour quelques heures un camarade de Stan à la fois—de préférence un camarade « doué » socialement—afin d’apprendre à Stan comment on joue avec un enfant, et afin qu’il y trouve un renforcement en espérant qu’il généralisera ensuite en cours de récré les comportements appris dans le cadre familial.

J’avoue qu’ayant moi même été la tête de turc de toutes les classes dans lesquelles j’ai été, durant toute mon enfance, cette situation me retourne le coeur. J’aimerais beaucoup trouver une solution efficace, naturelle, afin d’éviter à Stan de connaître les même difficultés que celles que j’ai rencontrées.

Avez -vous des idées, des expériences à partager ?