Il est parfois difficile d’apprendre de nouvelles compétences aux enfants autistes sans les décourager—notamment en calcul et en écriture. En effet, certains d’entre eux ont une peur tellement forte de l’échec que cela bloque toute tentative d’apprentissage scolaire.

Il est indispensable d’aider cet enfant à se mettre dans un mode de pensée positif, où il va apprendre qu’il peut tout faire du moment qu’il y met du sien, plutôt que de risquer de le laisser s’engouffrer dans les refus, qui sont en fait un échappement autistique par crainte de ne pas réussir ce qu’on leur demande.

Il ne faut donc pas hésiter à « tricher ».

Votre élève a du mal à calculer? N’attendez pas, lorsque vous voyez qu’il hésite, à lui donner la manière de calculer et la réponse. Cela vous permet de revoir avec lui le processus de pensée qu’il faut suivre pour obtenir le résultat, et cela ne le laisse pas en échec.

Votre élève a des soucis pour apprendre à écrire? Demandez à son AVS de laisser un papier à sa portée, l’air de rien, où apparaît le mot difficile qu’il essaie de reproduire. Il comprendra vite qu’il peut s’y référer en cas de souci, et ne refusera plus—à force de ne faire que réussir—à se lancer. Au fur et à mesure qu’il les aura assimilés, il n’en aura plus besoin.

Dans la vie, l’important est d’être capable de trouver des réponses à ses questions, pas de tout savoir par coeur. La personne qui apprend tout par coeur ne sait que ce qu’on lui a appris. La personne à qui on apprend à aller trouver des réponses, même de manière peu orthodoxe, apprendra tout seul. Il faut privilégier l’apprentissage de la logique sur l’apprentissage purement scolaire.

Un enfant autiste motivé sera bien plus capable d’apprendre et de suivre avec les autres à l’école qu’un enfant en refus de travailler.

(Photo: Classroom Tour 3—Kathy Cassidy)