Comment réagir face à un enfant violent envers les autres enfants?

Comment réagir face à un enfant violent envers les autres enfants?

Céline BruntzCéline Bruntz, psychologue spécialisée en autisme, répond à vos questions sur la psychologie et l’autisme.

Quand l’enfant est violent envers les autres enfants, il est important d’isoler l’enfant dans un endroit calme avec des coussins. Il est important d’expliquer ce que l’on fait avec des mots simples en étant soit avec l’enfant ou en le laissant  seul en fonction de son état.

Réponse au témoignage de Christelle

Si je peux me permettre de donner mon avis, je comprends votre inquiétude par rapport à votre fille. Avant d’envisager l’éloignement de son frère, peut-être serait-il possible de demander un autre avis pour savoir si un suivi pourra être proposé à votre fille. Je vous conseillerai aussi de vous renseigner auprès des associations de parents d’enfants handicapés qui proposent parfois des groupes de parole spécifiques pour les frères et soeurs.

Dans tous les cas, votre décision vous appartient et ce ne sont que quelques pistes pour vous aider à cheminer dans votre réflexion. Bon courage.


Mise à jour du 27 août 2012 (par Nathalie Aynié)

Plusieurs articles ont depuis été écrits concernant les enfants ayant de forts troubles du comportement les amenant à se taper ou taper les autres:

Gérer la violence envers autrui et soi-même

  1. La structuration de l’espace et du temps
  2. Éducation, apprentissages et communication
  3. Comprendre les divers facteurs (organiques, psychologiques, sensoriels)
  4. Travail sur les facteurs déclenchants

Je vous recommande aussi le livre de Gloria Laxer et Paul Trehin sur le sujet, qui est très bien fait. Il répondra en détail à tous vos questionnements sur le pourquoi de la violence de votre enfant, et le comment l’empêcher ou la diminuer: Les troubles du comportement associés à l’autisme et aux autres handicaps mentaux.

4 Commentaires

  1. bonjour,

    merci pour votre réponse, c’est très gentil.
    Il arrive que je l’isole dans sa chambre mais c’est parfois pire car il saccage celle-ci, il est certes brute avec sa soeur mais plus souvent envers moi et souvent coups, morsures, il lui arrive de vouloir me pousser dans les escaliers mais ca c plus par jeux car il connait pas les dangers.
    Ma grande rétissence se sera plus tard mais je vais essayé d’etre plus ferme et on verra, sinon, je sais pas….
    A l’association, on m’avait conseiller les pictogrammes donc j’ai commencé et continuer jusqu’a ce que ca fasse tiltE

    MERCI

    Christelle

  2. Mon fils Esteban (3ans) pousse et mord son petit frère de 18 mois sans raison apparente. Parfois le petit passe à plusieurs mètres et le grand se lève, court pour aller le pousser… On lui explique fermement, on le met au coin, on l’isole, … rien n’y fait.
    Plus petit, il s’acharnait sur le visage de son frère, le griffait, lui enfonçait les yeux. Ce fut très dur à gérer.
    A l’école, c’est l’inverse: c’est lui qui prend les coups sans rien dire, ni pleurer. Et quand on lui en parle, il ne dit rien du tout. Les instituteurs ne voient rien. C’est désemparant.

    si vous avez des conseils,…

    Merci

  3. Bonjour Christel,
    As-tu remarqué dans quelles circonstances excactes Esteban agresse son frère ?
    Et as -tu une réaction « habituelle » à ce comportement ?
    Tu sais que je suis une adepte de ma fameuse phrase: Un comportement est gouverné par ses conséquences :-))))

    – Esteban essaie-t-il d’attirer ton attention par ce comportement , ou de s’approprier ton attention, par jalousie bien compréhensible pour son petit frère ?
    En effet , lorsqu’un enfant agresse, on a souvent tendance à aller vers lui, le gronder , l’isoler etc, bref on lui consacre toute notre attention. Ensuite on s’intéresse à la victime.
    As-tu essayé de faire l’inverse: Ignorer Esteban lorsqu’il a embêté son frère et diriger tote ton attention , en en faisant des tonnes sil le faut vers Ilean ?
    Essaie de faire celà en renforçant par ailleurs les moments ou Esteban essaie de t’accaparer de façon appropriée , ainsi il peut apprendre une comportement cible de rechange lorsqu’il veut avoir un moment privilégié avec toi, ou pour se « débarasser du petit frère »
    C’est ce que nous avons fait avec Stan qui s’en prenait à son grand frère et çà a parfaitement fonctionné. L’athmosphère familiale est beaucoup plus calme.

    – On peut aussi augmenter le coup du comportement: Si Stan casse un lego de son frère sous le coup d’une facherie, son comportement est ignoré -il n’a pas réussi à facher son frère- , il doit plus tard replacer les pièces dans la boite (ce qu’il déteste car il voudrait reconstriuire) et doit dire pardon Adrien ,çà fait beaucoup pour lui, trop pour être un comportement qui vaille vraiment le coup d’être souvent renouvelé :-))

    – L’isolement c’est bien, sauf que c’est très renforcant pour certains enfants qui aiment bien qu’on leur fiche la paix :-)) et s’ils commencent à enchainer , provocation, coups pour avoir la possibilité de s’isoler en toute tranquillité , c’est ennuyeux 😉

    A l’école, les instits ne relèvent pas systématiquement les agressions , donc c’est une forme d’extinction naturelle des comportements agressifs mis en place pour attirer l’attention, c’est peut-être pour cela que ton fils n’utilise pas ce comportement à l’école.
    Et pour les coups reçus , j’ai appris à Stan , et je crois que ton fils est verbal aussi , donc tu peux peut-être l’utiliser – à dire , assez fortement NON, ARRETE ! en faisant le signe interdit de la main.Bon Stan a 3 ans , et ses éventuels agresseurs aussi , mais çà marche très bien, çà lui donne un outil approprié pour se défendre et avoir confiance en lui parce qu’il peut le mettre en oeuvre lui m^me et çà lui évite de passer à un registre plus musclé qu’il ne pourrait pas contrôler.

  4. Je pense qu’il est important de mettre des mots et surtout de poser un interdit ferme par rapport aux comportements agressifs même si on peut les expliquer par une forme de jalousie. Le ton ferme, le pictogramme montrant l’interdit, le signe stop associé à des mots aident l’enfant autiste à comprendre l’interdit. Après, aller s’occuper de l’autre enfant sans focaliser toute son attention sur le comportement gênant est aussi nécessaire pour faire comprendre qu’on partage aussi l’attention.
    L’idée de réparer la bêtise ou de se faire pardonner dont parle béatrice est effectivement structurant mais dans le cas d’un enfant agressif il peut être nécessaire de l’isoler un petit temps pour lui faire comprendre qu’il faut qu’il se calme. Evidemment qu’il faut adapter et si vous remarquez que ça renforce son repli, il ne faut pas l’isoler trop longtemps ou trouver une autre solution pour ne pas renforcer son comportement d’isolement.
    Dire à l’enfant qu’il a le droit de dire non, stop quand on le tape est aussi essentiel car s’il se fait taper à l’école ce n’est peut être pas un hasard qu’il décharge son agressivité sur son frère. Cela peut être aussi perçu par l’enfant comme un mode d’entrée en relation et il faut aller en parler aux instituteurs pour faire le point.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lettre d'information Autisme Infantile

Recevez des articles et des informations sur nos opérations
gratuitement et automatiquement dans votre boîte de réception.

Pas de spam, seulement de l'information.

Pin It on Pinterest