Béatrice BollingJ’ai longuement essayé de réfléchir à ce qu’est un renforçateur, en étant concret, avec un langage accessible. Alors je vous donne ma définition:

Un renforçateur, c’est:

  • quelque chose que l’on donne à l’enfant, ou que l’on fait pour l’enfant, ou que l’enfant fait avec nous,
  • qui lui fait plaisir, dont il a très envie,
  • qui va être la conséquence à un comportement que l’on souhaite voir l’enfant adopter,

afin que petit à petit il modifie son fonctionnement problématique (ce peut être un problème de comportement, mais ce peut aussi être apprendre à parler, se laver, faire pipi dans les toilettes, etc.).

Un renforçateur, c’est la réponse à: « comment puis-je faire en sorte que mon enfant fasse ci ou ça? ».

Le renforçateur est la réponse au problème crucial que l’on rencontre avec un enfant autiste, et plus généralement TED: faire en sorte qu’ils ne choisissent plus de ne pas faire ce qu’on leur demande (parce que c’est plus sympa de s’auto-stimuler sur les lignes du plancher, ou de se balancer).

L’idée est de faire en sorte que l’enfant trouve dans son environnement ce qui comble ses désirs, afin que ces désirs deviennent sa motivation pour faire des choses, apprendre à apprendre, avoir des interactions, etc. Là où un neurotypique apprend naturellement à apprendre et trouve facilement des sources de motivations pour le faire, un enfant autiste doit s’appuyer sur un environnement dans lequel le renforcement est plus structuré, visible, hierarchisé et systématisé pour enclencher la machine de la motivation.

Un enfant autiste, c’est un peu comme un moteur grippé: on remet de l’huile, ça tousse un peu au début, puis ça repart. Bien sûr, il faudra remettre de l’huile régulièrement et faire des vidanges, mais la voiture roulera—à son rythme—et on n’aura pas besoin de la pousser.

Dans la section Méthode ABA, vous trouverez bientôt des exemples de grilles de renforçateurs pour vous permettre de réfléchir, structurer et hiérarchiser ce qui comble vos enfants de plaisir.