Autisme Infantile (3)Vous aimeriez faire travailler votre enfant à la maison entre deux séances d’orthophonie ou de psychomotricité, mais vous ne savez pas trop comment vous y prendre, parce que votre enfant est facilement dispersé et ne suit pas trop vos consignes. Voici quelques idées pour faciliter les séances de travail à la maison.

Toujours le même endroit

Si votre maison est assez grande pour le permettre, il vaut mieux réserver une pièce à part pour le faire travailler—une où il ne sera pas distrait par autre chose. Mais si comme moi vous vivez dans un tout petit appartement, vous n’avez pas trop la possibilité de faire une pièce de travail. Il faut alors choisir un endroit, si possible où il ne joue pas d’habitude, pour le faire travailler.

Avec Matthieu, nous nous installons sur le lit parental pour avoir de la place, être confortablement installés, et travailler. Je sors un jeu en profitant généralement de l’heure de sieste de son frère, et nous faisons des exercices (perles, gommettes, jeux de construction, dominos, loto, etc.).

Toujours à la même heure

C’est plus facile à dire qu’à faire, mais j’ai remarqué que le moment où Matthieu est le plus disponible et le moins turbulent, c’est après le repas du midi, lorsque son frère est parti à la sieste, et que nous nous retrouvons seuls tous les deux.

La digestion aidant, il reste plus calme, sans partir courir toutes les cinq minutes, sans son frère qui veut participer et qui le distrait. Nous en profitons pour faire des jeux calmes, soit lui tout seul lorsqu’il connait les consignes, soit avec moi quand je veux lui apprendre de nouvelles règles.

Le stimuler en le faisant jouer

Rien de plus rébarbatif pour un enfant que de devoir travailler. Mais si on transforme la séance de travail en jeu, il est de suite plus coopératif. Si vous arrivez à l’intéresser, c’est gagné, et il viendra d’autant plus facilement faire les exercices les fois suivantes.

Utiliser ses centres d’intérêt

Pour s’assurer qu’il s’intéresse à ce que vous souhaitez lui apprendre, tâchez de trouver du matériel en relation avec ses centres d’intérêt. Matthieu a un grand amour des chiffres et des lettres, je choisis donc en priorité du matériel qui reprend l’alphabet ou qui demande de compter, dénombrer, etc.

Le féliciter et le récompenser

Votre enfant n’est pas encore capable – et le sera-t’il un jour, on ne peut pas le savoir – d’étudier pour son plaisir personnel, d’étudier pour vous faire plaisir, ou d’étudier parce qu’il a envie d’apprendre. Il faut donc être généreux en félicitations, applaudissements, et récompenses. Vous pouvez vous mettre d’accord à l’avance, en lui promettant par exemple un bonbon s’il fait correctement tous ses exercices, ou un jouet après une semaine d’efforts. À vous de juger selon votre ressenti personnel.

En parler autour de vous

Surtout quand il est à portée d’oreille! Lorsque vous êtes au téléphone avec la famille ou les amis, dites comme il a bien travaillé. Mettez ses dessins bien en vue à un endroit de passage, faites-les lui envoyer aux grands-parents par la poste, marquez ses progrès sur un tableau. Il faut qu’il voie que ses efforts et ses progrès sont remarqués et pris en compte.