Merci à Farida pour cette idée de thème qui m’a inspirée! Vous aussi, proposez des sujets à traiter sur Autisme Infantile en commentant sur l’article Choisissez les prochains thèmes abordés sur Autisme Infantile. Je ferai de mon mieux pour y répondre petit à petit!

Si vous êtes un minimum comme moi, vous ne confiez pas facilement votre enfant. En effet, en tant que maman, on a les yeux « dans l’avenir » et on imagine toutes les possibilités que les choses aillent mal en laissant notre enfant autiste à quelqu’un qui n’est pas habitué à sa différence.

Par exemple:

  • quelqu’un qui pensera qu’il peut lui lâcher la main dans la rue, ou dans un magasin, et on retrouvera un enfant perdu, ou pire, écrasé sur la route, à cause d’un moment d’inattention,
  • quelqu’un qui ne va pas avoir l’oeil constamment sur lui, et qui ne se rendra pas compte quand notre enfant attrapera la poële pleine d’huile bouillante sur la gazinière, parce que contrairement aux petits de son âge, il est assez ingénieux pour grimper sur une chaise pour aller tripoter les choses interdites hors de portée des petits,
  • quelqu’un qui ne saura pas que notre enfant ne mange pas de pomme si elle n’est pas coupée en deux au milieu, avec les pépins enlevés et la peau juste lavée et pas épluchée, et qui ne saura pas gérer la crise qui s’en suivra s’il coupe la pomme en quartiers,
  • quelqu’un qui ne fera pas attention à bloquer l’accès aux portes et aux fenêtres, et qui ne comprendra pas le risque que l’enfant ne s’échappe ou ne tombe de plusieurs étages, parce qu’il n’a pas vécu ça avec ses propres enfants,
  • quelqu’un qui ne comprendra pas qu’il ne faut pas le laisser tripoter la porte et les lumières « pour avoir la paix », parce que c’est mauvais pour lui de le faire sans arrêt,
  • quelqu’un qui le grondera pour des choses hors de son contrôle, comme par exemple les stéréotypies verbales et les petits cris qu’il ne peut pas s’empêcher d’émettre,
  • quelqu’un qui risque de renforcer ses troubles du comportement, ou qui ne saura pas quoi faire si notre enfant se tape ou tape les autres…

On peut donner des milliards de raisons pour ne pas confier son enfant. Et évidemment, toutes sont bonnes, justifiées, raisonnées. Personne autant que les parents ne peut imaginer les difficultés rencontrées en élevant et éduquant un enfant autiste. Seuls les éducateurs spécialisés peuvent avoir une idée des problèmes qu’ils vont rencontrer, et encore… je parierais qu’ils sont souvent surpris par les ressources de nos enfants quand il s’agit de risquer leur vie ou de s’enfoncer parfois dans leurs problèmes.

Seulement, parfois, il est nécessaire, voire même obligatoire de laisser ses enfants à autrui, que ce soit parce qu’il faut se rendre dans un endroit où ils ne sont pas admis ou bienvenus, ou tout simplement parce que parfois il faut pouvoir se ressourcer entre adultes, avec son conjoint ou ses amis, pour éviter de péter un plomb. Alors donnez-vous les moyens de le faire en suivant ces quelques petits conseils.

Le confier en terrain connu

Pour partir l’esprit tranquille, il vaut mieux confier son enfant en terrain connu: chez soi, ou chez un des membres de la famille où on a l’habitude d’aller avec lui. Ainsi, il est possible de s’assurer qu’on connait tous les endroits « risqués » ou pouvant entraîner des problèmes, et les sécuriser en les bloquants (portes fermées à clef, volets tirés, etc.) ou en éliminant l’objet pouvant poser problème. De plus, on peut attirer l’attention de la personne qui le garde sur les problèmes potentiels si on connait bien les lieux et objets de l’endroit où il sera gardé.

Le confier à des horaires « tranquilles »

Il y a un moment où, c’est clair et net, votre enfant ne pose jamais de problème? Pendant sa sieste ou la nuit? Pendant qu’il regarde tel dessin animé? À l’heure du bain? Quel que soit ce moment, autant en profiter! La personne qui le garde aura moins de difficultés pendant ce moment-là, et aura un temps d’attention moins long à fournir par la suite.

Le confier « sous surveillance » pour les premières fois

Les premières fois, je vous conseillerais de faire venir la personne qui va le garder à la maison, et lui proposer de faire quelques « séances de garde/jeux » avec lui pendant que vous faites autre chose. Comme ça, cette personne pourra s’habituer à votre enfant et ses difficultés, alors que vous êtes pas loin et que vous pouvez réagir au moindre problème.

Il ne faut pas rester dans la même pièce, mais plutôt aller se détendre dans votre chambre pour lire un bon livre, ou faire une sieste, en tendant tout de même l’oreille (ce que vous ferez naturellement, de toute manière).

Le confier à plusieurs personnes à la fois

L’union fait la force! Plusieurs paires d’yeux et plusieurs cerveaux peuvent faire la différence. Il y a moins de probabilité qu’il y ait un moment d’inattention si plusieurs personnes (par exemple, papy et mamie) surveillent à la fois. Pendant qu’un d’entre eux a une diversion (coup de fil, sonnette, préparer le goûter, etc.), l’autre peut faire une garde plus « intensive » focalisée sur l’enfant.

Et vous, avez-vous des soucis pour confier votre enfant à autrui? Quels sont les moyens que vous employez pour être en confiance? Les gardes par d’autres personnes se sont-elles bien passées? Racontez-nous dans les commentaires.