Il y a quelques jours, j’ai découvert le site de l’Atelier de Charenton qui a eu la gentillesse de parler de nous dans un de ses articles. Sandrine Sananès, qui anime les ateliers, accueille aussi des enfants autistes parmi des petits groupes de trois ou quatre, ou huit ou neuf enfants.

Matthieu adore peindre et dessiner, aussi il a son petit bureau à la maison où je lui fais faire la majeure partie de ces activités. Cela a l’avantage de réduire la zone qui peut être salie, et de lui apprendre à rester sur une même activité, assis, pendant un certain temps.

J’ai pu échanger quelques emails avec Sandrine et lui poser quelques questions sur l’intégration des enfants autistes dans ses groupes d’activités collectives.

Mieux connaître l’Atelier de Charenton avec Sandrine Sananès

Autisme et loisirs: les ateliers de peintureRecevez-vous régulièrement des enfants autistes dans vos séances?

Aujourdʼhui, je reçois un enfant autiste par séance constituée de 8/9 personnes. A partir de septembre, ma capacité dʼaccueil sera plus importante car il y aura un ou deux ateliers en tout petit groupe de 3/4 enfants. La séance sera plus courte que les autres, et le groupe sera mixte en âges et en genres.

Cet atelier est indiqué pour le parent qui a envie ou besoin, pour son enfant, dʼune activité collective et créatrice avec un accompagnement très individualisé. Le but est que chacun à son rythme puisse intégrer le « grand » groupe.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez pour les intégrer aux groupes? Quels ont été les aménagements que vous avez dû faire?

L’enfant autiste peut subitement décrocher de lʼactivité, et surtout du groupe. En douceur, je le raccompagne à être dans lʼactivité: lui parmi les autres. Je le stimule.

Le problème vient rarement de l’enfant autiste mais des autres enfants qui peuvent craindre les cris et qui vont devoir sʼadapter à des comportements inhabituels. Ils vont être un peu dérangés dans leur confort. Les parents de lʼatelier sont prévenus que la mixité est une des richesses de lʼatelier. En même temps, je veille à ce que lʼenfant qui nʼest pas autiste puisse peindre au calme.

Autisme et loisirs: les ateliers de peintureLʼenfant autiste doit respecter les règles de lʼatelier. Je gère l’équilibre entre les différences. Volontairement, je ne fais aucune distinction sur lʼaménagement du lieu, que lʼenfant soit handicapé ou « vaillant »: l’atelier est le même pour tous, pour toutes les séances.

Tous les enfants à partir de 30 mois, quels que soit leur condition, utilisent le même matériel: de très beaux pinceaux en petit gris avec de magnifiques gouaches et des grandes feuilles. Pour la terre, elle est de qualité supérieure. Pourquoi lʼenfant autiste aurait-t’il un matériel inférieur? Je le considère capable, très capable, parce quʼà lʼatelier justement les conditions sont réunies pour quʼil développe ses facultés. En revanche, jʼaménage mon accompagnement: jʼévalue les limites physiques de chacun. Je suis très attentive.

En dehors de lʼaménagement, je précise: les enfants peignent tous sans thème, ni modèle. Cʼest lʼessence de ma démarche.

Pouvez-vous nous en dire plus sur leur réactions ? Quelles sont les activités qui semblent avoir le plus de succès auprès d’eux?

Autisme et loisirs: les ateliers de peinturePour la peinture, j’observe que les enfants autistes adorent la Table-Palette car elle offre une organisation très rationnelle. Cʼest pratique et ludique de ranger les pinceaux. Les enfants autistes sont méticuleux, ils dosent la peinture à la perfection. À l’atelier cʼest une grande qualité.

Le façonnage de la terre est plus abordable car lʼenfant est en contact direct avec la matière alors que la peinture requiert la maîtrise de lʼoutil pinceau.

Vous vous en doutez, ce lieu rassure lʼenfant autiste parce quʼil est à lʼabri comme dans une cabane et que personne ne va le juger. Lʼenfant autiste est aussi inquiet parce quʼil y a le groupe. Le chemin quʼil fait à lʼatelier cʼest dʼêtre parmi les autres. De fait, cʼest « thérapeutique ».

Lʼenfant autiste est sollicité par divers accompagnements et des activités de consommation: la télé, les jeux vidéos, les livres dʼactivités formatés, etc., qui, à outrance, empêchent lʼenfant de sʼexprimer librement—c’est-à-dire de peindre selon son impulsion spontanée, ce qui lui apporte sérénité et confiance en ce qu’il peut faire.

Autisme et loisirs: les ateliers de peintureAvez-vous un souvenir en particulier que vous souhaiteriez partager avec nous?

Jʼai vu peindre mon fils de 9 ans côte à côte (les enfants peignent debout et un espace de 3 cm les séparent) avec un garçon autiste de 12 ans. Ils avaient peur lʼun de lʼautre, chacun à leur façon finalement… il en était ainsi et, au fur et à mesure des séances, ils se sont habitués à leurs différences. Depuis cette expérience, ma confiance dans les capacités de chacun a été renforcée. Et oui, jʼen ai eu la preuve: mon atelier relie les gens entre eux.

Et enfin, avez-vous une dernière chose à nous dire?

Oui! Pour préserver lʼexpression de lʼenfant, je conserve les travaux à lʼatelier – il nʼy a jamais dʼexposition pour les parents. Lorsque jʼai présenté LʼAtelier de Charenton à Barbara Donville, ce point de ma démarche lui a paru le plus bénéfique: que le parent puisse détacher son regard de ce que fait son enfant…

Quelques mots sur les ateliers de peinture et de façonnage de terre

Je vois plusieurs avantages immédiats à la participation d’un enfant autiste à des activités dans un endroit comme l’Atelier de Charenton:

  • Autisme et loisirs: les ateliers de peintureParticipation aux activités de groupe. En incluant l’enfant autiste parmi d’autres enfants, il apprend petit à petit à se mêler au groupe, à travailler de concert, à apprendre à attendre son tour.
  • Travail de psychomotricité fine. La tenue du pinceau peut être compliquée pour un enfant autiste qui a généralement du mal à utiliser ses doigts correctement. De même, le façonnage de terre est une activité manuelle qui peut être très enrichissante du point de vue de la psychomotricité.
  • Éveil de la créativité et sublimation de l’imagination. L’enfant autiste va utiliser son imagination pour créer une image, mélanger des couleurs, et devenir acteur plutôt que spectateur.
  • Travail sur la représentation. Si l’enfant autiste a commencé à réussir à dessiner des bonhommes, des Autisme et loisirs: les ateliers de peinturemaisons, etc., cela peut être un bon exercice de représentation. Sinon, il pourra peut-être arriver à prendre exemple sur ses camarades et un déclic se fera peut-être.
  • Apprentissage des couleurs, des formes, maîtrise des textures. Toute occasion d’apprendre peut être bonne à prendre: il est bon pour l’enfant autiste de se familiariser encore avec les formes et les couleurs, et de ressentir de nouvelles textures, sans forcément ressentir cet apprentissage comme un « travail ».
  • Un moment de détente. Alors que leurs journées ressemblent à des emplois du temps de ministres, il est intéressant que les enfants autistes puissent avoir un lieu de détente où se relaxer et être tranquille. En dessinant ou sculptant, ils apprennent sans en avoir l’air, et surtout, sans ressentir la lassitude des efforts à fournir pendant les séances de psychomotricité.

Votre enfant participe-t-il à un atelier de peinture ou de façonnage de terre? Quels en sont les bénéfices que avez remarqué? Avez-vous quelque chose à ajouter?