J’ai récemment parlé avec une maman dans la salle d’attente du cabinet d’orthophonie que je fréquente. Cette pauvre maman était complètement perdue, car on ne lui avait rien expliqué à l’hôpital de jour où était pris en charge son enfant.

Cette maman ne connaissait rien à l’autisme, son enfant venait juste d’être diagnostiqué et on ne lui avait pas donné une once d’espoir. Elle était persuadée que son enfant était fou et qu’il resterait ainsi toute sa vie, qu’il ne progresserait pas.

À entendre ses troubles et son désespoir, on se demande bien quel travail pourri a fait l’hôpital de jour!

Heureusement, l’orthophoniste la rassurait, mais je pense que ça a eu plus de valeur venant d’une autre maman avec deux enfants autistes, dont un sévère, qui évoluent bien et sont sur le chemin de l’autonomie et du langage.

De plus, son enfant avait déjà pas mal de compétences sociales: l’imitation qui commence, des capacités de communication et de sociabilisation… Ce serait tellement dommage de ne pas le prendre en charge de manière précoce, sachant qu’il a déjà tant de potentiel au départ.

J’ai pu la rassurer et lui faire comprendre que non, son enfant n’allait pas rester ainsi toute sa vie. Il n’a pas de handicap associé, et avec une bonne prise en charge il va pouvoir faire des progrès!

Chers parents, les diagnostics sont un état des lieux à une date précise. Ils montrent où en est l’enfant à tel ou tel âge, ou à tel stade de sa vie. Ce n’est en aucun cas une condemnation à rester ainsi le reste de sa vie. Ne désespérez pas et accrochez-vous!

Énormément d’enfants autistes sans handicap associé vont pouvoir avoir une évolution positive, et avec la bonne prise en charge, j’espère que de plus en plus d’entre eux pourront arriver à l’autonomie à l’âge adulte, et à une vie parmi les autres dans le respect de leur différence.

Les parents sont moteurs dans cette évolution. Poussez-les le plus loin possible, soulevez des montagnes avec eux. NE LÂCHEZ RIEN.

(Photo: Evolution—Kevin Dooley)