Cet article fait partie d’une série sur les troubles du développement sensori-moteur (perturbations sensorielles).

La plupart des informations contenues dans ces articles sont tirées du livre La Personne autiste et le syndrome d’Asperger écrit par Jean-Charles Juhel et Guy Héraut.

L’hyposensibilité visuelle peut se manifester de plusieurs manières. Par exemple, l’enfant autiste aime:

  • les sources lumineuses, les miroirs ou les surfaces brillantes
  • les effets visuels (comme les portes coulissantes automatiques, les feuilles d’arbres qui tombent)
  • transvaser l’eau d’un verre à l’autre dans le bain
  • mettre ses mains devant ses yeux
  • les jeux d’ombres et de lumières

En lisant ces exemples, je remarque que la plupart d’entre eux sont matière à auto-stimulations, comme les mains devant les yeux, les jeux de lumières, les portes coulissantes… Dans le cas d’une hyposensibilité visuelle, faut-il plus désensibiliser l’enfant, et l’aider à surmonter ses stéréotypies?

Matthieu doit avoir une hyposensibilité visuelle, car il n’a pas de souci avec les miroirs, le plein soleil, les lumières crues ou les couleurs trop vives comme c’est le cas avec une hypersensibilité visuelle. De plus, il lui est facile d’accrocher le regard, ce qu’il fait de plus en plus. Par contre, plusieurs des activités citées ci-dessus lui plaisent beaucoup.

Votre enfant a-t-il une hyposensibilité visuelle? Quels en sont les causes, et quelles en sont les conséquences? Comment le vivez-vous au jour le jour, et comme aidez-vous votre enfant à surmonter ou à s’adapter à ce handicap?