Cet article fait partie d’une série sur les troubles du développement sensori-moteur (perturbations sensorielles).

La plupart des informations contenues dans ces articles sont tirées du livre La Personne autiste et le syndrome d’Asperger écrit par Jean-Charles Juhel et Guy Héraut.

L’hypersensibilité visuelle doit être prise en compte car l’enfant autiste peut être vraiment handicapé par certaines choses comme:

  • les miroirs
  • le plein soleil
  • les lumières crues
  • les objets mobiles
  • les petites particules qui traînent au sol

Certaines couleurs leur font mal aux yeux, à la limite du supportable, et certaines lumières clignotantes peuvent les hypnotiser.

À la maison, on peut essayer d’organiser un lieu où l’enfant n’a pas à supporter ces sollicitations visuelles, comme par exemple sa chambre. Parfois, un simple changement peut l’aider à mieux se concentrer, en déplacant une lampe ou en enlevant un tableau très coloré, par exemple.

C’est plus difficile quand l’enfant autiste ne supporte pas le regard d’un autre. C’est très gênant, pour ne pas dire impossible, de demander aux gens de ne pas chercher son regard, de ne pas le regarder dans les yeux parce que ça le met mal à l’aise.

Personnellement, je pense qu’il y a un travail de désensibilisation à tenter dans ce cas précis, en cherchant dès son plus jeune âge à accrocher le regard, en renforçant positivement chaque contact oculaire.

Votre enfant a-t-il une hypersensibilité visuelle? Quels en sont les causes, et quelles en sont les conséquences? Comment le vivez-vous au jour le jour, et comme aidez-vous votre enfant à surmonter ou à s’adapter à ce handicap?