Gérer la violence envers autrui et soi-même (4): travail sur les facteurs déclenchants

La violence envers autrui et soi-même

road rash is in fashion (photo: Nathan Lewis)

La semaine dernière, je vous ai demandé quels sont les thèmes que vous aimeriez que l’on aborde sur Autisme Infantile.

À la demande de Sonia, je vais aujourd’hui essayer de traiter le sujet des enfants qui se tapent, se mordent ou se griffent.

Je vous propose donc une série d’articles sur le thème Gérer la violence envers autrui et soi-même:

  1. La structuration de l’espace et du temps
  2. Éducation, apprentissages et communication
  3. Comprendre les divers facteurs (organiques, psychologiques, sensoriels)
  4. Travail sur les facteurs déclenchants

N’hésitez pas à partagez vos trucs et astuces, et à compléter ma réflexion dans les commentaires.

Dans le livre Les troubles du comportement associés à l’autisme et aux autres handicaps mentaux, écrit par Gloria Laxer et Paul Tréhin, que je vous recommande chaudement, il est écrit que la plupart des troubles du comportement peuvent être expliqués ainsi: un manque de compréhension de l’environnement, un manque de capacités de communication, des facteurs organiques, des facteurs psychologiques ou des facteurs indépendants spécifiques.

On peut réduire les troubles du comportement (cris, coups, violence envers autrui ou soi-même) en intervenant sur ces difficultés. En agissant ainsi le plus tôt possible, on peut peut-être leur éviter de devoir aller dans une structure d’accueil plus tard, et faciliter leur insertion dans la société.

Travail sur les facteurs déclenchants

Il y a deux manières de travailler sur les facteurs déclenchants (qui ne sont pas des problèmes de structuration d’espace et/ou de temps, un manque de communication ou de compréhension, ou bien des hypersensibilités):

  • la résolution du problème à court terme,
  • l’approche à moyen ou long terme.

Selon la gravité du comportement, on choisira l’une ou l’autre approche, sachant qu’il faudra toujours garder à l’esprit qu’il faut régler le problème à long terme.

Approche à court terme

Voici quelques idées pour amener une résolution rapide à certains troubles du comportement. Il faut toutefois prendre ces suggestions avec des pincettes, et contempler si elles ne sont pas trop difficiles ou gênantes dans la vie de tous les jours.

  • Supprimer le facteur causant le comportement que l’on veut éviter: facile dans certains cas (par exemple, si l’enfant ne supporte pas les lapins, les Legos ou les artichauds, c’est facile de les éviter), cette approche peut être complètement impossible dans d’autres (l’enfant ne supporte pas le bruit de la sonnerie du téléphone, ou la couleur rouge). Si le changement dans l’environnement de la personne n’a aucune incidence sur son développement par la suite, on peut envisager cette approche à long terme.
  • Si le problème ne peut pas être évité: il faut préparer l’enfant, l’aider à prévoir les moments où la chose qui le dérange va se produire, pour enlever le facteur d’imprévisibilité. On peut aussi lui proposer un comportement plus adapté pour remplacer celui problématique (exemple: votre enfant n’aime pas le bruit du moteur des mobylettes qui passent dans la rue. On peut lui proposer de vous tendre un pictogramme qui dit « je n’aime pas! » ou bien dire « va-t-en, moto! », au lieu de se frapper).

Tout ceci demande une certaine compréhension de la part de votre enfant, et s’il n’a pas le niveau de compréhension suffisant, il faut travailler au maximum sur son éducation en faisant des apprentissages et en insistant sur la communication.

Approche à moyen et long terme

Voici quelques exemples d’approches à moyen et long terme, à adapter aux problèmes de votre enfant:

  • Expliquer la manière d’agir qui fera que tout se passe bien: votre enfant a peur des chiens, mais vous êtes obligés d’en croiser tous les jours. Vous pouvez lui expliquer la manière de se comporter qui n’attirera pas leur attention, en lui expliquant qu’ainsi tout se passera bien et que les chiens le laisseront tranquille.
  • Communiquer au maximum autour du problème: expliquer, par exemple, qu’il n’y a pas moyen d’éviter que les mobylettes passent dans la rue. Dire à son enfant que les mobylettes passeront un grand nombre de fois dans la rue, et lui expliquer le comportement à avoir à cette occasion (s’il a mal aux oreilles, les cacher avec ses mains, ou s’il en a peur, rester immobile dans un endroit sûr – trottoir, dans la maison, à l’intérieur du jardin, etc.).

Un dernier mot

Arrivés à l’âge adulte, il est plus difficile d’éviter les comportement violents des personnes autistes. Si le problème n’est pas réglé avant, ce comportement prend lieu de communication pour eux, et il tourne vite à l’avantage de celui qui tape, par rapport aux autres qui essaient de régler le problème.

Pour éviter de recourir soi-même à la violence dans des cas extrêmes, il est possible de recourir à ces deux moyens:

  • le temps mort: en isolant la personne violente dans un endroit où elle se sent bien, et en lui expliquant pourquoi elle est mise à l’écart,
  • la sur-compensation: cela signifie que la personne violente doit réparer les dégâts qu’elle a fait au-delà des conséquences (exemple: elle a jeté une chaise, elle doit remettre toute la salle en ordre).

Je ne rentrerai pas dans les cas très graves où la personne doit être médicamentée ou avoir des systèmes de protection physique, qui n’ont pas court pour des enfants et qui, je l’espère, ne seront utiles à personne, et qui relèvent de toute façon d’une formation et spécialisation professionnelle.

N’oubliez pas de sur-féliciter les enfants qui diminuent leurs comportements problématiques, afin qu’ils soient renforcés dans leur bons comportements: ils en ont besoin, et cela rendra votre programme de travail encore plus efficace.

12 Comments

  1. MERCI !!! pour ce travail que vous faite pour nous , pour vos conseils, votre soutien heureusement que j’ai trouver autisme infantile !

    bisou nathalie

  2. Ça me fait plaisir que ça vous soit utile! Est-ce que vous avez pu commencer à mettre des systèmes en place pour votre enfant? Est-ce qu’il y a un mieux? Tenez-nous au courant! ^^

  3. a vrais dire il y en a un oui : Supprimer le facteur causant le comportement que l’on veut éviter exemple cacher tout ce qu’il veux mais avec quoi il ne peux pas jouer donc beaucoup de choses pour le reste pas encore car il ne comprend vraiment aucuns mots … 23 mois non verbal total donc la moindre explication est pour l’instant impossible je pense qu’il va falloir encore attendre un peux … mais je garde vos conseils précieusement :)

  4. Bonjour,
    Je suis maman d’une ado de 16 ans, trisomique et autiste.
    Depuis 4 ans, notre vie a basculé. Elle qui était si calme et facile à vivre étant petite, a développé des gestes d’une violence rare, décuplés par la trisomie…
    En ce moment, elle passe son temps à claquer les portes au point de les casser et e faire des trous dans les murs à l’endroit des poignées. Tout le peu de décorations dans la maison est sans cesse sa cible. Le nombre de choses qu’elle a détruit ces derniers mois est incalculable.
    Elle n’a pas de langage oral, et à part réclamer à manger continuellement, ne fait pas de demandes, et nous ne savons plus quoi faire pour l’occuper. Elle rejette toutes nos approches de jeux, de langage…
    Mon mari et moi sommes à bout de force. Nous avons appris que nous allions devoir la garder 3 semaines au mois d’août, alors même qu’on n’arrive plus à la gérer 2 jours pendant le week end. Nous sommes effondrés à cette idée. Que faire ? C’est un vrai appel à l’aide que je lance, comme une bouteille à la mer…

  5. je crois savoir qu’il y a des lieux d’accueil temporaires pour les vacances, je vais rechercher !

  6. vous êtes d’où ?

  7. je suis moi-même maman d’une ado autiste ted, d’années en années le moment des grandes vacances devient un casse tête chinois, au début nous arrivions à gérer avec le frère,les sœurs et le papa mais LISA n’as pas beaucoup de centre d’intérêt alors au fur et à mesure , on a tendance à s’épuiser . j’ai donc fait des démarches au niveau de la MDPH sans succès car sois disant que parce-que je suis rattacher au Luxembourg ,je n’ai pas de droit en France enfin bref j’ai essayé d’autre organisme toutes les réponses se sont avérés négatif, je me suis donc tournée vers les centres de séjours de vacances adaptés et malheureusement notre budget ne nous le permet ( 800 euros pour une semaine!!!!!!!!!) dernier recours , je me suis tournée vers une éducatrice monitrice qui fait partie de la cipass et en même temps près d’une association qui s’appelle L’AFAD  » aide familiale à domicile, il vont donc se mettre en relation se qui pourrait déboucher sur une prise en charge à la maison pour faire des activités multiples ( j’attends encore une réponse qui j’espère sera positif) mais comme il n’y pas de temps à perdre j’evisage aussi de prendre un RDV avec L’ éducatrice du centre aéré de notre commune pour savoir si LISA pourrait etre acceptée bien sur avec un intervenant à temps complet, je croise les doigts. Sachez Sandrine que je suis de tout coeur avec vous ,courage, nous y arriverons!!!! je reste à l’écoute si vous en ressentez le besoin . Amicalement . marie-anne!!!!!!!!!

  8. Bonjour Sandrine,

    Je vous invite à vous rapprocher d’une association pour trisomie 21. Dans ma région, le Var, beaucoup de choses sont faites par TRI VAR 21. Mais de quel département êtes vous Sandrine ? Bon courage.

  9. bonjour,
    dans quel type d’établissement est elle la semaine? quel comportement a t’elle là bas? et que font ils face à ce comportement?
    demandez leur vite de faire une demande pour « les1000etunloisirs », mon fils part en vacances depuis plusieurs années avec eux et c’est formidable !!
    ça ne me coûte rien puisque puisque c’est payé comme l’établissement par la cpam

  10. Bonjour et merci beaucoup de votre soutien.
    Ma fille est interne de semaine dans un centre pour poly handicapés… Pas vraiment le lieu adapté à sa pathologie, mais malheureusement, dans la région où nous habitons (le centre, près de Tours), il n’y a pas grand chose.
    Elle a longtemps été suivie en hôpital de jour, avant d’atterrir là, faute de structure adaptée.
    Ces derniers mois ont été de plus en plus difficiles, au point que mon mari et moi, commençons à nous renseigner sur les possibilités en Belgique…
    En deux jours, elle a cassé une porte, 2 verres, et a fait des crises d’insomnie : elle se lève à 2h30 du matin, claque les portes nous réveille, et nous empêche de nous rendormir… Là, je suis debout depuis 2h30 du matin, dur dur !
    Pour la caser en vacances, n’est-ce pas trop tard ???
    Je crois savoir que les places sont rares, tout de même, non ?
    Nous avons obtenu récemment un placement en accueil temporaire non loin de chez nous, ça soulage, mais malheureusement pas assez. Et puis pour le mois d’août, ils sont déjà surbookés…

  11. Sandrine, sur la page facebook d’autismeinfantile, il y a une maman qui a laissé des coordonnées aussi !

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>