Faire un choix

Faire un choix

Choosing (photo: angermann)

Pour certains enfants autistes, il est très difficile, voire impossible de faire un choix. Ils peuvent se débrouiller très bien dans tout ce qu’on leur demande, et tout d’un coup, rester bloqués parce qu’il faut faire un choix personnel.

Et pourtant, c’est quasiment impossible de faire son chemin dans la vie sans jamais être confronté au problème du choix.

Comment aider son enfant à s’habituer à faire des choix, dans l’espoir que cela devienne plus facile pour lui par la suite? Voici quelques pistes de réflexion. N’hésitez pas à ajouter les vôtres dans les commentaires.

Structurer

Pas question de laisser les choix de côté quand ils se présentent. Il est impossible de toujours les ignorer, et cela n’amène généralement rien de bon.

Il faut poser une structure pour votre enfant, en lui annonçant que lorsqu’un choix se produit, on peut se donner un peu de temps pour y réfléchir, mais qu’on doit par la suite agir et choisir. Vous pouvez l’aider en lui expliquant qu’il a droit à cinq minutes, mais qu’ensuite s’il ne décide pas, vous déciderez à sa place.

Si vous finissez par devoir décider pour lui, expliquez-lui votre démarche de pensée, par exemple: « je t’ai donné une glace plutôt qu’un gateau parce qu’il fait chaud, et que la glace aide à se rafraîchir ».

Expliquer

L’enfant autiste n’a pas toujours forcément toutes les données pour prendre une décision informée. Il faut donc l’aider en l’éclairant sur les divers facteurs qui peuvent entrer en compte pour faire un choix, et en lui expliquant ceux qu’il risque de ne pas connaître.

Il ne faut pas non plus négliger de leur faire voir les possibles conséquences de leurs choix, car cela peut aussi rentrer en compte dans la réflexion qu’il doivent faire.

Aider la réflexion

Parfois, poser la bonne question peut débloquer le processus du choix. Si l’enfant n’a pas exploré tous les angles du choix à faire, cela peut le lancer et lui permettre de pencher d’un côté ou de l’autre.

Exemple: vous donnez le choix à votre enfant d’un livre ou un DVD pour son anniversaire. Il ne sait pas quoi choisir. Vous pouvez lui rappeller qu’il va passer la semaine chez sa grand-mère qui n’a pas de lecteur DVD, pour voir si pour lui la rapidité d’utilisation rentre en compte dans sa préférence, et si ça peut lui permettre de choisir plus facilement.

Donner des habitudes, mais pas trop

Certains autistes prennent des habitudes justement pour ne pas avoir à choisir trop souvent, notamment au niveau de la vie de tous les jours. Par exemple, on fait la lessive tel jour à telle heure, on mange telle marque de céréale le matin, on prend tel chemin pour aller au bureau, etc. Ce genre d’habitudes sont bonnes à prendre, car elles structurent la vie des autistes de manière rassurante.

Je pense personnellement qu’une petite dose d’habitudes ne peut pas faire de mal, et peut leur faciliter la vie – après tout, nous aussi avons nos petites habitudes! Mais il ne faut pas que ça devienne une prison, et c’est pour cela qu’il faut travailler sur la résistance au changement en parrallèle, par exemple en en faisant un jeu: durant la semaine, une habitude va être changée aléatoirement, le but du jeu étant de remarquer laquelle, et d’aller la noter sur un tableau. Si il n’y a pas de crise, une récompense sera donnée.

Avez-vous d’autres idées ou réflexions par rapport à l’autisme et aux choix? Partagez dans les commentaires.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>