Archives AI (4)Les enfants autistes ont généralement du mal à nous dire lorsqu’ils ont mal quelque part, puisqu’ils ont beaucoup de mal à communiquer. Alors qu’on peut se rendre compte d’une coupure ou d’une foulure (parce qu’ils boitent), tout ce qui est du domaine de la migraine, des maux de ventre, et tout ce qui est interne, risque d’être ignoré parce qu’ils ne peuvent pas nous montrer qu’ils ont mal, et nous-même ne pouvons pas deviner.

Douleurs physiques et troubles du comportement

Dans le livre que je suis en train de lire, Les troubles du comportement associés à l’autisme et autres handicaps mentaux (Gloria Laxer et Paul Tréhin), ils signalent que parfois, les troubles du comportement peuvent être dus à une souffrance non décelée par les parents. Il faut donc être attentif à une douleur interne si votre enfant a tout à coup un trouble du comportement que vous ne vous expliquez pas.

Hypersensibilité ou hyposensibilité à la douleur

Selon les cas, certains enfants autistes peuvent avoir une hypersensibilité ou une hyposensibilité à la douleur. Certains se rouleront par terre de douleur au moindre mal, alors que d’autres pourront se faire très mal sans rien dire. Il faut donc être toujours vigilant par rapport aux divers bobos que peuvent se faire les enfants autistes, car leur réaction n’est pas toujours en rapport avec la gravité de l’incident. En cas de doute, il vaut toujours mieux insister auprès du médecin pour faire des examens complémentaires, et ne pas attendre si vous pensez que quelque chose ne va pas.

Matthieu et les douleurs physiques

Sur ce coup-ci, nous avons de la chance avec Matthieu: il n’est pas douillet mais pas hyposensible non plus. Il va se cogner en déambulant dans la maison, mais il n’en fera pas un plat, et il a toujours été capable de se frotter à l’endroit cogné pour qu’on voie où il s’était fait mal. Récemment, il a aussi commencé à dire « aïe! » quand il se fait mal, cela aide beaucoup à porter l’attention nécessaire aux divers bobos qu’il peut s’infliger quotidiennement.

Il y a quelques temps, il a eu très mal au ventre pendant toute une après-midi. Il m’a « expliqué » qu’il avait mal en mettant ma main sur son ventre et en geignant, ce qui m’a tout de suite éclairé sur la nature de son ennui, et j’ai ainsi pu faire tout mon possible pour le soulager.

Votre enfant est-il hypersensible ou hyposensible à la douleur? Sait-il signaler lorsqu’il souffre? Si vous lui demandez où il a mal, sait-il vous le montrer? Avez-vous des trucs et astuces à nous confier?